Compte rendu réunion mobilités actives Métropole – EDEN du jeudi 27 octobre

Chères lectrices, chers lecteurs,

Vous trouverez ci-après le compte rendu de la réunion très dense en contenus de discussion que nous avons eu avec la Métropole du Grand Nancy le jeudi 27 octobre en soirée durant près de 3h. Ce travail est exclusivement bénévole et n’est possible que grâce à l’engagement et au soutien de tous les membres de notre association. Nous pensons que nous vous devons cette transparence pour avoir votre confiance. L’information des citoyens sur les politiques publiques nous paraît être un principe fondamental. Le compte rendu a également été transmis à la Métropole. Nous avons simplement anonymisé les noms des personnes présentes sauf les élus, en particulier les agents de la collectivité, car ce ne sont pas eux qui portent la charge politique des décisions prises. EDEN préfère ne pas exposer nommément ses membres car les décisions sont prises de manière collégiale.

Compte rendu réunion EDEN – Métropole

Jeudi 27 octobre de 18h à 20h30 – rue Chalnot

Présence

Métropole :

Laurence Wieser, Conseillère métropolitaine déléguée aux mobilités actives et à la qualité de l’air,

+ 4 agents de la Métropole en lien avec les mobilités actives et la circulation

Le représentant du cabinet du président Mathieu Klein est excusé.

EDEN :

4 représentants d’EDEN présents, 2 excusés

Rappel de l’ordre du jour sollicité par EDEN auprès de la Métropole

Structuration du dialogue avec EDEN

Présentations, nouvelle organisation du Pôle Mobilités et Développement Urbain Durables

Gouvernance du P2M et place de notre association – Modalités de suivi des objectifs au niveau Métropole et municipalités

  • Modes doux : part modale, mise en œuvre des zones apaisées à 20 km/h et zones 30 généralisées,
  • modification du plan de circulation automobile « avec mise en place du « système de boulevard métropolitain et anneau de desserte contournant la ville dense… », sensibilisation
  • Réseau de trolley bus en lieu et place notamment du TVR et alternatives durant la phase des travaux.
  • Coopérations avec les communautés de communes voisine et déploiement P+R
  • Logistique urbaine, ZFE, etc

Quelle contribution à la priorisation des projets, et à leur réalisation, incluant plusieurs points d’étape et des retours d’expérience formalisés1.

Quelle anticipation / planification des sollicitations ?

Modalités de recueil évaluation priorisation satisfaction des demandes des usagers, notamment sur la signalétique et les carrefours ? EDEN va déployer l’application « Vigilo » utilisée dans de nombreuses communes en France https://vigilo.city/fr/villes/nancy-agglomeration-fr/ (données publiques)

Piétonnisation du centre-ville

  • Le projet final prévoit l’implantation d’une aire piétonne sur tout le secteur concerné, et une circulation à l’allure du pas pour les cyclistes et les EDPM. Nous souhaitons porter un regard sur un design de rue qui incite à la modération de la vitesse et à la tranquillité et sur la sécurité des itinéraires « de délestage ».

Mise à jour « Charte de l’aménagement des espaces publics »

La nouvelle charte de l’aménagement des espaces publics comporte de nombreuses imprécisions et contradictions avec les recommandations du CEREMA et parfois même avec la loi. EDEN a fait des remarques en 2019 lors de son élaboration qui attendent toujours des réponses. Le document est à retrouver : https://nuage.as-eden.org/index.php/s/AEM3a9QRt83fw7s

Aspects réglementaires et Code de l’environnement

  • La mise en place de signalétique et déviations piétons et cyclistes lors de travaux n’est pas toujours effective. Comment faire mieux ?
  • Plan de suppression des stationnements à 5 mètres devant les passages piétons d’ici 2026. (Art L. 118-5-1 du Code de la voirie routière)
  • Application du code de l’environnement, en particulier l’article 228-2 à l’occasion de la réfection de voiries
  • Voirie rue Émile Bertin : EDEN envisage de contester l’arrêté municipal en date du 9 août 2022 RT 2022/08/361 qui a autorisé la réfection intégrale de la voirie, à moins qu’un aménagement cyclable soit prévu ? Nous nous tenons à disposition pour échanger sur les différentes options.

Prises de note

Ville à 30

Nancy va prendre l’initiative d’impulser la dynamique, une réunion va prochainement se tenir pour passer la ville à 30, c’est-à-dire avec un panneau « Zone 30 » en entrée de ville, régime par défaut, avec le 50 km/h qui reste l’exception. Il n’y a pas encore de dynamique métropolitaine sur le sujet.

Partant à l’origine d’une incompréhension, est soulevé qu’il y a effectivement la « Ville à 30 » d’un point de vue légal qui vise à placer l’ensemble du territoire de la commune à 30 km/h par défaut, mais il y a aussi le concept de la Ville à 30, qui quant à lui prend en compte les réels besoins selon une catégorisation des voiries, en mettant en avant notamment les zones de rencontres.

Dans le cadre de la ville à 30, la Métropole recense les rues à sens unique qui devront être mises à double sens cyclable.

Piétonnisation du centre-ville

EDEN salue cette réalisation en œuvre depuis début septembre. Nous demandons toutefois à être associé aux design du futur réaménagement. La Métropole indique que les travaux seront cohérents avec l’aire piétonne. La circulation des cyclistes sera autorisée, « à l’allure du pas » selon les termes de la loi, mais surtout en veillant à respecter la priorité des piétons et à ne pas les mettre en danger. Une différenciation du revêtement sera mise en œuvre entre l’axe central de la rue et les « trottoirs », qui seront toutefois fortement atténués.

Il n’y aura pas d’arrêté municipal pour imposer une limitation de vitesse à 5 km/h, ce qui serait impraticable à vélo. EDEN demande à la Métropole et à la ville de veiller à ne pas confondre « allure du pas » et « limitation de vitesse » dans sa communication. Cette confusion est malheureusement trop présente.

Plan de circulation automobile

Une refonte importante du plan de circulation automobile est pour EDEN un outil indispensable pour redonner de la place aux autres modes, notamment pour les modes actifs, dans le contexte où les rues nancéiennes sont étroites et où la récupération d’espaces passe nécessairement par la suppression de sens de circulation automobile en plus d’espaces de stationnement automobile. Aujourd’hui, bon nombre d’aménagements cyclables sont réalisés pour partie au détriment des espaces piétons. Pour la Métropole, il n’y aura cependant pas de « Grand Soir » pour le plan de circulation automobile de la Métropole. Malgré ses défauts, elle indique que l’anneau de desserte automobile autour du centre-ville existe. La piétonnisation est d’ailleurs un acte majeur récent pour une reconfiguration du plan de circulation, ce qu’EDEN reconnaît et apprécie. Elle admet toutefois qu’elle doit travailler à supprimer les itinéraires malins dans les rues où la circulation automobile intense n’est pas désirable.

La refonte du plan de circulation peut aussi aider à dés-imperméabiliser les sols et à végétaliser nos rues. Ces mesures sont indispensables pour lutter contre les effets en cours et à venir du changement climatique.

Présentation du pôle mobilités et développement urbain durable

Organigramme administratif : https://media.grandnancy.eu/permalink/v1/1/73706/document/MGN_organigramme_web.pdf?token=j9M2jdzCJK3oryhrXyKjL788uFtoWlUKhJtbnhGqUvusip8Ig4lxhQByT0uaZUkh

L’équipe « mobilités actives » est pour l’heure complète et ne va pas être renforcée.

Comptage vélo

La Métropole commence à déployer du comptage vélo, notamment sur Jeanne d’Arc, mais effectue des relevés manuels. Il s’agit pour l’heure de données internes qui pourraient avoir vocation à se retrouver sur les données « Opendata » de la base nationale si cette information est jugée pertinente. La Métropole souhaite avoir un peu de recul sur ces données.

La Métropole étudie d’autres solutions techniques, notamment « Ecocompteur », qui détient un quasi-monopole sur le comptage de vélo mais qui est une solution technique très coûteuse. La solution actuelle est plus rudimentaire mais fonctionnelle.

EDEN a demandé à disposer des premières données de comptage sur Jeanne d’Arc. La Métropole peut les transmettre régulièrement, mais craint des répercussions via une telle exclusivité, avec d’autres acteurs, par exemple des maires. EDEN suggère de publier ces données directement sur le portail OpenData Grand Est, ainsi tout le monde un accès public aux données.

Donnés de comptage transmises après réunion :

Les données ci-dessous sont les comptages automatisés moyens par jour :

Rue Jeanne d’arc, au niveau de la place de la Croix de Bourgogne, 2 sens confondus:

Janvier 348
Février 347
Mars 471
Avril 326
Mai 417
Juin 421
Juillet 342
Août 326
Septembre 671
Octobre 829

On voit bien l’effet inauguration.
Record : Mardi 18/10 = 1162 cyclistes et trottinettes
On observe en septembre et octobre une baisse importante d’utilisation les week-ends, de 40% à 50% (impact fort du vélotaf)

Avenue de la Libération (sens montant avant la rue de Verdun):

Janvier 156
Février 153
Mars 195
Avril 172
Mai 213
Juin 226
Juillet 184
Août 175
Septembre 223
Octobre 218

Nouveaux compteurs:
Rue Gabriel Mouilleron (après la rue Jeanne d’Arc)

Octobre 198

Suivi des objectifs de part modale du P2M

Étude des traces GPS

La Métropole fait appel depuis le P2M a un prestataire de « Big Data » qui traite des bases de données GPS smarphone auprès des opérateurs. Ces données sont anonymisées selon les règles RGPD en vigueur. Le prestataire essaye de filtrer les différents types d’usagers en fonction de leur comportement dans les déplacements. Les piétons sont les plus faciles à identifier. Viennent ensuite les transports en commun. Certains trajets effectués en voiture ou à vélo sont parfois plus dur à distinguer au regard de leur faible différentiel de vitesse en ville. Le prestataire a donc des difficultés à déterminer une part modale vélo + EDPM fiable.

Au regard de l’objectif louable de la Métropole de développer les zones 30, le suivi des traces GPS sera encore plus difficile à distinguer à l’avenir du fait du faible différentiel de vitesse.

Ces traces GPS ont l’intérêt de permettre d’identifier les lieux de passage fréquentés par les usagers, des cartes de chaleurs, etc.

Comptage vélo

Les comptages vélo à des endroits donnés ne permettent pas d’extrapoler directement les parts modales. Ils sont un indicateur indirect de la progression du vélo à Nancy mais guère plus.

Enquête ménage déplacement

La Métropole ne fera pas d’enquête ménage déplacement d’ici la fin du mandat. Il s’agit d’une opération qu’elle juge très coûteuse, de l’ordre du million d’euros, pour un gain qui n’est pas significatif.

Finalement, la Métropole juge que la tenue des objectifs du P2M se basera plutôt sur l’expérience quotidienne.

EDEN regrette que les objectifs du P2M ne soient pas suffisamment évalués par des mesures objectives. De plus, la durée d’une enquête ménage est d’environ une dizaine d’années. La dernière en date sur la Métropole date de 2013. Il y aura donc un délai d’au moins 13 ans d’ici la prochaine enquête ménage.

Geovelo et OpenStreetMap

La Métropole a passé un contrat avec Geovelo pour récupérer les données GPS des trajets quotidiens des utilisateurs.

La Métropole promeut l’usage de cet outil pour fiabiliser les recommandations de trajets à vélo les plus sûrs. Ces recommandations sont faites à la Maison du vélo.

Par la même occasion, elle compte améliorer la carte OpenStreetMap pour fiabiliser les trajets proposés par Geovelo.

EDEN est invitée à participer à des « Cartoparties » si elle le souhaite.

La Métropole souligne le travail remarquable effectué par les contributeurs locaux depuis de nombreuses années sur la mise à jour cartographique minutieuse des aménagements cyclables de la Métropole, ce qui aujourd’hui contribue à améliorer les propositions d’itinéraires pour les cyclistes utilisant des logiciels et applications basées sur OpenStreetMap.

EDEN fait toutefois remarquer que Geovelo n’est pas complètement « Open source » et utilise des traqueurs des GAFAMs notamment.

Carte des aménagements cyclables

Dans le but d’aider à orienter les cyclistes touristes comme locaux, la Métropole est en train de travailler à une nouvelle carte des aménagements cyclables, fréquemment demandées par les usagers, pour celles et ceux qui ne sont pas à l’aise ou équipés de smartphone avec Geovelo.

EDEN demande à être sollicitée à l’élaboration de cette carte.

Disparition des panonceaux « tourne à droite vélo » type « M12 »

La Métropole constate comme EDEN les nombreuses disparitions des panonceaux « M12 » qui autorisent les cyclistes à passer un feu rouge tout en cédant la priorité aux véhicules (et piétons !). La Métropole ne sait pas dire si ces actes de vandalisme sont des actions « anti-vélos » ou des activités de fin de soirée en état d’ébriété. La Métropole a capté quelques enregistrements vidéo. Elle continue à tester différentes méthodes pour améliorer la fixation de ces panneaux.

La Métropole apprécie toujours le retour d’information des usagers sur le terrain.

Amélioration des aménagements cyclables

Pictos vélo central sur Mouilleron, Commanderie et (Phalsbourg?)

La Métropole vient de dessiner des pictos vélos sur l’axe central de la voirie, marqués régulièrement tous les 25 m lorsque cela est possible, dans des rues équipées d’une bande à contre-sens cyclable pour signifier clairement aux usagers, cyclistes comme automobilistes, que les vélos sont légitimes dans le sens de circulation automobile, et pas en sens contraire de la bande cyclable. Cette indication contribue à faire de la pédagogie sur le bon partage de la voirie.

EDEN est plutôt favorable à cette disposition, même si elle ne sera pas miraculeuse concernant la cohabitation voiture / vélo.

Dans les carrefours en amont et aval de ces aménagements, la Métropole renforce la signalisation en faveur des cyclistes à l’aide de pictos et chevrons pour indiquer aux cyclistes la trajectoire à adopter et pour signifier aux automobilistes d’être vigilants. Cela a été fait au bout de la rue Gabriel Mouilleron au carrefour avec la rue de Villers pour rejoindre la bande cyclable montante.

Renforcement pistes cyclables aux carrefours

La Métropole va tester le marquage de la continuité cyclable sur la rue Jeanne d’Arc lors de la traversée des carrefours à l’aide d’une résine de la même couleur que la piste cyclable, pour mieux signifier aux automobilistes et aux cyclistes que la piste est prioritaire.

EDEN est très favorable à cette expérimentation et demande à ce que les recommandations du CEREMA soient appliquées, notamment en termes de signalisation horizontale pour indiquer clairement les ordres de priorité avec des « cédez-le-passage ».

Retours expérience sur les aménagements récents

Notamment sur les aménagements intégrés dans le réseau « structurant », la métropole affirme prendre en compte les anomalies constatées suite aux expérimentations menées. Cependant, ce qui est considéré comme étant une anomalie pour EDEN ne l’est pas forcément pour la Métropole.

Les « Points noirs » de la circulation à vélo

EDEN indique que les points noirs de la circulation à vélo ont été largement indiqués et répertoriés par les baromètres des villes cyclables de 2019 et 2021.

La Métropole indique que l’étude des points noirs est confiée au bureau d’études Inddigo. Toutefois, certains endroits comme le « carré » de la gare (Saint-Léon, Poincaré, Jeanne d’Arc, Foch), pourtant identifié comme le principal point noir de Nancy, ne sera pas traité dans l’immédiat, dans la mesure où les travaux sur la ligne 1 vont fortement impacter la circulation pendant près de 2 ans et l’ensemble du quartier va être concerné en bordure par la nouvelle ZAC (Zone d’aménagement concerté) « Nancy centre gare » qui remplace celle de « Nancy Grand Cœur » : https://www.grandnancy.eu/construire-lavenir/nancy-centre-gare

EDEN demande à être associée à la priorisation du traitement des points noirs.

Les itinéraires cyclables lors des travaux

EDEN rappelle l’importance de bien signaler les itinéraires cyclables alternatifs lorsque ceux-ci sont interrompus. Cela avait été fait sur la rue Jeanne d’Arc. Le jalonnement avait le mérite d’exister, même s’il n’était pas très utilisé.

Il convient d’étudier les possibilités de création d’aménagements cyclables temporaires lorsque la circulation automobile est réduite ou interrompue.

La Métropole reconnaît que parfois cela pourrait être mieux et qu’elle y veillera. Toutefois, cela rajoute une contrainte supplémentaire sur les conducteurs de chantier.

Aussi les cyclistes qui ne respectent pas les déviations, par approche pragmatique, prennent naturellement le chemin le plus court, quitte à circuler sur les accès réservés aux piétons

EDEN a suggéré une prise en compte amont, par exemple en évaluant la pertinence des clauses des marchés publics.

Réseau de substitution à la ligne T1

Le réseau de substitution de la ligne T1 a été présenté lors du comité des partenaires du 12 octobre. La Métropole nous avait alors demandé de garder une certaine confidentialité sur les documents présentés et d’attendre les communications officielles.

La Métropole a toutefois indiqué que la rue Bazin allait être mise en double sens de circulation pour permettre le passage des bus de substitution dans les deux sens vers Saint-Max.

La bande cyclable existante va être préservée en décalant le stationnement sur les trottoirs mais elle sera temporairement interrompue sur le pont Bazin au-dessus du canal. Elle reprendra ensuite jusqu’à la porte Sainte-Catherine. Sur cette portion après canal, elle va être déportée à droite et non plus entre deux voies de présélections. Cela rendra la traversée piétonne plus sécurisée tout à droite car les automobilistes prendront la courbe moins rapidement et avec plus de largeur. Il n’y a pas la place d’intégrer un îlot de sécurité pour les cyclistes allant tout droit vers la rue Sainte-Catherine.

Urbanisme tactique

La Métropole n’a pas de projets prêts à être déployés sous le coude en plus de celui de la VEBE déjà réalisé cette année.

Coopération avec les communautés de communes voisines et déploiement des parkings relais

La Métropole rencontre régulièrement les communautés de commune voisines, en particulier le Bassin de Pompey et Moselle-et-Madon. Des cycles de rencontre ont lieu à Malzéville.

L’aménagement cyclable de jonction entre Maxéville et Champigneulles, Avenue de Metz et rue de Nancy le long de l’autoroute, est en cours de travaux.

Concernant les parkings relais (dits « P+R »), il y a un projet en réflexion sur le bassin de Pompey, à proximité de la future halte ferroviaire multimodale, qui se chiffre à plusieurs millions d’euros.

Zones à faibles émissions

La Métropole reste très attentive aux recommandations de l’État, sachant que ce sujet peut être difficile à aborder socialement.

Les ZFE visent en effet à interdire l’accès au centre-ville des véhicules polluants, discriminés grâce aux vignettes Crit’air.

Recours gracieux contre les réaménagements d’Émile Bertin

La Métropole indique qu’elle a étudié très sérieusement notre demande. Le marquage au sol a été stoppé en attendant de nous avoir concerté. Elle va malheureusement devoir rétablir la circulation automobile avec deux voies de circulation automobile pour les raisons suivantes :

– Les travaux de cet été ont été précipités avant les travaux sur Blandan. Ils n’étaient pas prévus au planning et rien n’a pu être anticipé pour faire autre chose.

– À ce jour, cette portion de la rue Émile Bertin sert de régulation du trafic aux heures de pointe. Il s’agit d’un « vase d’expansion ».

– Il n’est pas si simple de supprimer une file de stationnement automobile, la Métropole préfère entamer des concertations préalables.

– En passant le trafic automobile à une file au lieu de deux, on augmente la congestion non pas par deux, mais par quatre (2x fois moins de capacité de stockage et 2x fois moins de capacité de débit). La remontée de file engendrée pourrait être très dommageable en amont, avec notamment la sortie du conseil départemental effectué uniquement de ce côté-ci, en cette période de travaux.

– La rue Émile Bertin est actuellement un axe stratégique pour le réseau de substitution de transport en commun durant les travaux de la ligne 1.

– Un projet de traversée cyclable structurante Est Ouest partant de la place Paul Painlevé jusqu’aux rives de Meurthe, passant par Mon Désert et Charles III est prévu pour la fin du mandat. La maîtrise d’œuvre est en cours de recrutement et va lancer les études pendant les prochains mois. À la fin des travaux sur la ligne 1 fin d’année 2024, le projet sera prêt pour être lancé. La Métropole indique toutefois que le projet devra être concerté et il faudra l’aider pour le faire adopter.

EDEN aurait souhaité une bande cyclable descendante qui aurait apporté une continuité cyclable vers la rue de Villers et la rue Blandan. Elle indique qu’elle réfléchit aux suites à donner avec ces éléments transmis par la Métropole et qu’elle consultera ses membres.

EDEN restera attentive au respect de la réglementation concernant les aménagements cyclables en cas de réfection de voirie, et elle propose à la Métropole de lui adresser en amont les éléments de décision.

Sollicitation d’EDEN lors des réunions publiques

La Métropole indique qu’il est parfois difficile de dialoguer avec les personnes lors des réunions publiques. Elle pense qu’EDEN y a toute sa place pour aider à convaincre l’assemblée et à pousser la Métropole à réaliser des changements importants.

EDEN en accepte le principe, sous réserve que la Métropole nous les signale et que nous soyons disponibles. EDEN souhaite toutefois être associée en amont et apprécier la pertinence du projet.

Mise à jour de la Charte des aménagements de la Métropole, notamment cyclable

La charte est transmise aux architectes et bureaux d’études afin qu’ils s’appuient dessus pour la conception des nouveaux aménagements. Il s’agit simplement d’un guide technique pour élaborer les premiers plans. Les choix définitifs restent toutefois sous la responsabilité de la Métropole. La dernière version en 2021 corrige seulement quelques fautes d’orthographe mineures. Techniquement, la dernière mise à jour date de 2020.

La Métropole indique qu’elle va très prochainement débuter une nouvelle mise à jour de la charte. En effet, le document est parfois sous-optimal par rapport aux recommandations du CEREMA. EDEN se demande même pourquoi les recommandations du CEREMA ne sont-elles pas reprises telles qu’elles.

La Métropole indique qu’EDEN sera consultée suffisamment en amont pour émettre un avis et soumettre des propositions.

Plateforme VIGILO et remontée d’information citoyenne

EDEN souhaite déployer l’application VIGILO. https://vigilo.city/fr/

Il s’agit de l’appli collaborative citoyenne pour améliorer les déplacements des cyclistes, des piétons et de toutes les mobilités actives.

Les usagers peuvent maintenant remonter et cartographier les difficultés quotidiennes rencontrées lors de leurs déplacements en centre-ville ou agglomération (véhicules ou objets gênants, aménagements mal conçus, défauts d’entretien…).

Les données factuelles sont libres et à disposition des collectivités et associations qui pourront les exploiter et analyser afin d’axer des chantiers pour améliorer la mobilité de chacun.

EDEN a les compétences bénévoles pour administrer techniquement la plateforme et modérer les contributions. Elle souhaite toutefois impliquer la Métropole pour faciliter les remontés d’information et lui permettre d’y trouver son compte.

La Métropole n’y voit a priori aucun inconvénient, sauf à ne pas générer un temps de traitement supplémentaire et est prête à étudier les modalités d’intégration de Vigilo avec son système interne. En effet, la Métropole et la ville ont déjà des formulaires pour remonter les difficultés quotidiennes, mais leur traitement est confidentiel et traité en interne. Elle perçoit bien l’intérêt de cette plateforme en termes de participation de la population et de stimulation aux signalements citoyens.

Du point de vue de la Métropole, les signalements ne sont pas toujours traités de la même façon, cela dépend du type. S’il s’agit d’une proposition d’aménagement, il est possible que les travaux mettent plusieurs mois avant d’être intégré. Si en revanche il s’agit d’une dégradation ou de petits travaux, comme la restauration des « M12 » les équipes de la Métropole peuvent intervenir rapidement.

EDEN prendra contact avec la Métropole pour régler les modalités techniques et lancera la communication dès que la passerelle informatique avec la Métropole sera techniquement réglée. Nous souhaitons que la Métropole soit pleinement partie prenante du projet.

Mai à vélo

EDEN sera sollicitée par la Métropole pour la campagne de communication « Mai à vélo » qui vise à encourager la pratique du vélo en Mai pour les trajets du quotidien.

1 D’ores et déjà – Aménagement cyclable expérimental et temporaire sur la « VEBE ». L’ensemble de la réalisation est correct au détail près des îlots « vélo – piéton » au croisement avec le 26 RI qui ne correspondent pas aux plans, ni à la charte des aménagements cyclables. Un trottoir n’est pas un espace cyclable. Il aurait fallu délimiter et distinguer clairement les espaces cyclables et piétons. La situation actuelle provoque confusion et insécurité pour les usagers, notamment les piétons. – Maréchal Juin : nous pensons qu’il est possible dès maintenant, suite à la première phase des travaux, de mettre en place la rue Maréchal Juin double sens cyclable dans le sens Ouest / Est. Problématique Émile Bertin