La Métropole a un cap pour le plan vélo

Compte rendu de réunion sur le plan vélo

Mercredi 13 mai 2020 en soirée

Présent⋅es

Représentants EDEN :
Hadrien, Jacques, Alexandre, Axel, membres au CA d’EDEN

Autres invités :
Louis Blaise – président de l’AUT Lorraine, membre de la FNAUT
Thierry Marchal – président de l’Automobile Club Lorrain    

Élu⋅es
Malika Dati – Vice présidente à la Métropole en charge des mobilités
Thierry Coulom – adjoint au maire à la ville de Nancy et conseiller à la Métropole

Agents de la ville de Nancy
Sophie Conrad – Directrice Générale Adjointe Pôle Proximité et Cadre de Vie chez Ville de Nancy 
Farid Arab – Directeur des mobilités

Agents de la Métropole
Bertrand Mazur – Directeur Général Adjoint territoires – mobilité – environnement
Leonel Da Cunha – Directeur des mobilités et de la circulation
Noémie Koch – Chef de projet Mobilités Actives
Sopie Maurand Directrice de la Communication et des Publications chez Métropole
Fanny Poste – Chargée de la participation citoyenne
Absent Marc Hoffmann – Responsable service circulation
Absent Pierre Stussi – Directeur Général des Services

L’approche de la métropole

La Métropole travaille en concertation avec les communes à la mise en œuvre de ce plan vélo, structurant et sécurisé. Le contexte sanitaire actuel a causé une forte diminution des déplacements en ville, qui va reprendre petit à petit jusqu’en septembre prochain. La capacité des transports en commun est et continuera d’être réduite du fait des mesures de distanciation sociales et de gestion des flux et ne permettra pas d’accueillir le flux habituel d’usagers, bien que le nombre de bus en circulation revienne petit à peti à la normale.

Malgré le contexte sanitaire, la volonté de la métropole exprimée par Thierry Coulom est de « ne pas se précipiter », ni de faire du « greenwashing », mais d’accélérer la mise en œuvre du plan vélo annoncé et construit lors du programme municipal de Laurent Hénart, qu’ils nous disent avoir déjà concerté. L’objectif annoncé est de relier en 3 mois Laxou, Nancy, Villers, Vandœuvre et Malzéville par un réseau cyclable continu. La Métropole rappelle que Nancy est une ville dense, aux rues étroites, située dans une cuvette, ne permettant pas beaucoup de flexibilité.

Une première phase d’aménagements provisoires et modulaires sera réalisée en mai, juin et juillet 2020. Des travaux de plus grandes envergures sont souhaités en août et en septembre et d’autres encore seront programmés pour la fin de l’année 2020.

Commentaires EDEN : Les intentions présentées ici sont louables mais ne répondent pas pour la plupart à la logique de l’urbanisme tactique, avec des éléments modulaires déployables en quelques jours, permettant de tester pour valider ou réévaluer certains dispositifs. L’idée tenace de vouloir réaliser un aménagement « parfait » du premier coup perdure et fait perdre du temps alors que le déconfinement a commencé depuis le lundi 11 mai.

Nancy est certes une ville dense aux rues étroites, elle ne possède pas moins des pénétrantes routières en ligne droite, à double voie de circulation à sens unique. Dans un contexte où la circulation automobile est faible, l’opportunité de récupérer une voie de circulation automobile est unique. Nous rappelons qu’il faut continuer à prendre en compte la hiérarchie des voies de circulation, en différenciant les axes de transit et les quartiers résidentiels, et réaliser des jonctions sans coupure, dans l’objectif de créer un réseau connecté. Un axe de transit à rue étroite ne devrait pas permettre le stationnement de véhicules, ce qui est pourtant le cas sur les rues Jeanne d’Arc, Mon Désert ou encore le boulevard du Recteur Senn.

Le plan vélo de la Métropole : https://www.grandnancy.eu/se-deplacer/a-velo/

La communication de la ville de Nancy qui détaille le plan vélo actualisé : https://www.nancy.fr/a-la-une-109/acceleration-du-plan-velo-de-la-metropole-17554.html

Le plan vélo mentionné reprend peu ou prou le plan qui se dessine pour les prochaines semaines que nous développons ci-après.

La temporalité des aménagements

Nous tenons à jour notre carte en fonction des éléments qui nous parviennent. Appuyez en haut à droite pour afficher les itinéraires provisoires en gris. En jaune apparaissent automatiquement les aménagements provisoires réalisés.

Afficher une carte plus grande

– Axe OUEST : L’axe avenue de la Libération / Jeanne d’Arc / Barthou.

Une piste cyclable provisoire bidirectionnelle sera réalisée dans les quatre prochaines semaines. Plans à préciser dans les jours à venir mais il est annoncé une largeur moyenne de 2,5 m.

Commentaires EDEN : D’après nos mesures, une piste cyclable bidirectionnelle aux standards du CEREMA (3 mètres minimum) n’est possible qu’en supprimant le stationnement latéral. Nous encourageons la Métropole et la ville de Nancy à préférer cette option plutôt que de réaliser une piste trop étroite.

– Transversale Est-Ouest : rue Mon Désert

Une piste cyclable dans la rue Mon Désert serait réalisée cosens avec la circulation automobile de la place Painlevé jusqu’à l’avenue Jeanne-d’Arc, là où Thierry Coulom semblait moins pressé, dans la mesure où une alternative sur la rue Gabriel Mouilleron a été réalisée l’an dernier. Mme Conrad nous questionne aussi sur notre ressenti sur la pertinence de réaliser un aménagement unidirectionnel sur la rue Mon Désert, ayant une volonté de prendre plus de temps pour réaliser une piste bidirectionnelle en dur.

Commentaires EDEN : Nous sommes favorables a la réalisation d’un aménagement unidirectionnel le plus rapidement possible a cet endroit, au vu du fait que la bande a contresens récemment réalisée rue Gabriel Mouilleron ne fonctionne pas pour une majorité de cyclistes, étant trop étroite, pas protégée, anxiogène et très souvent bloquée par des automobilistes en stationnement dangereux. Nous encourageons également la Métropole à envisager une piste cyclable supplémentaire en dur et en double sens dans les prochains mois. D’après nos mesures, cette piste ne sera possible qu’en supprimant le stationnement latéral et en conservant une voie automobile.

– Axe EST : Boulevard du 26ème RI, rue Charles de Foucauld, rue de Malzéville

En raison de travaux à venir sur le boulevard Lobau très prochainement, ce dernier ne sera pas réaménagé avec des pistes cyclables provisoires. La Métropole envisage de commencer cette piste à partir du port canal, sur le boulevard du 21e régiment d’aviation puis le Quai Sainte Catherine, en piste unidirectionnelle cyclable, puis de prolonger sur le 26e RI de part et d’autres en renforçant les bandes cyclables, puis en créant des aménagements rue Charles de Foucauld et rue de Malzéville vers le faubourg des trois maisons. Cet aménagement sera réalisé dans les prochaines semaines.

La Métropole va étudier la mise en place d’un éclairage temporaire ou permanent pour sécuriser la pratique du vélo la nuit le long du canal.
Commentaires EDEN : Connecté à la voie verte le long du canal, cet aménagement fait une continuité intéressante et plus performante que le long du canal, à condition que le flux automobile soit correctement régulé et adapté dans les carrefours. Nous attendons de voir la réalisation, pour laquelle nous n’avons eu aucune information précise.

Les stationnements vélos

300 barrières « vauban » vont être utilisées pour augmenter les capacités de stationnement des vélos dans le centre ville. Aucune implantation ne nous a été transmise. Ces barrières seront placées selon les recommandations du CEREMA.

Le sujet des stationnements vélo sécurisés est mentionné. M. Coulom mentionne que la métropole envisage un service de gardiennage payant de vélos en ville au parking Stanislas (nouvelle maison du vélo) ou d’autres parking sur la présence d’agents, qui permette aux vélos de valeur de stationner en sécurité.

Le gravage du cadre Bicycode est gratuit à la Maison du vélo. 

Nous avons suggéré que la métropole finance des antivols performants en plus du chèque réparation de l’État. Sans avoir été rejeté, les techniciens mentionnent que cette proposition demande à ce que sa gestion soit optimisée pour éviter les coûts de gestions bien supérieurs au montant de l’aide.

Retours d’EDEN

Nous avons transmis notre carte contenant une liste de propositions de linéaires dont nous pensons qu’ils sont de bons candidats a l’installation rapide d’infrastructures cyclables temporaires dans le cadre du déconfinement.

Voir en plein écran

Nous avons mentionné oralement certains points durs : les traversées Est-Ouest en particulier, avec la suggestion de transformer l’avenue du Général Leclerc en « vélorue », c’est à dire avec une signalisation horizontale et verticale adaptée et l’ajout de balises pour limiter le dépassement automobile qui doit rester derrière le cycliste, et une autre suggestion de transformer les trottoirs de la rue St Jean en zone de rencontre. L’aménagement de la partie ouest du carré de la gare est aussi une priorité: rues St Leon et Poincare, tel que le soulève l’enquête 2019 de Parlons Vélo : https://carto.parlons-velo.fr/

Critiques et analyses de la méthode

La réunion a été introduite puis animée par Malika Dati, sans gestion organisee des tours de parole. Le grand nombre de personnes ne rendait pas fluide la discussion. De fait, certains interlocuteurs utilisaient leur tour de parole à l’excès pour développer de nombreux sujets, en prévision de ne pas pouvoir le faire ensuite. Aucun autre support ou plan n’a été présenté durant la réunion. M. Da Cunha faisait état à l’oral des études en cours qui ne semblaient pas systématiquement abouties.

Nous recommandons la rédaction d’un ordre du jour établi suffisamment à l’avance (au moins 3 jours), avec des sujets précis qui débouchent sur une prise de décision ou un consensus, coordonnés par un animateur ou une animatrice

Les élu⋅es ont pris comme approche d’anticiper la réalisation temporaire d’infrastructures cyclables prévues dans le cadre d’un plan vélo « de référence » sur 3 ans à 30 m€. Ce plan vélo correspondait au détail du programme politique de la campagne municipale de M. Hénart qui permettrait de refaire des aménagements bord à bord. Nous n’avions pas connaissance de ce plan et nous l’avons fait savoir en
début de réunion. Nous regrettons beaucoup que cet element structurant l’approche metropolitaine n’ait pas ete transmis en amont aux participants.

Retours des autres membres associatifs présents

Louis Blaise pour la FNAUT a parlé clairement et fortement en faveur du développement des infrastructures cyclables et piétonnières. Il est lui-même cycliste.

Thierry Marchal pour l’automobile club lorrain a dit comprendre la nécessité d’une diminution de l’espace alloué aux voitures en centre ville, et ne pas y être opposé. Il a réagi à la suggestion de vélorue avenue du Général Leclerc en demandant que les dépassements de cyclistes ne soient pas rendus impossibles par des barrières physiques qui seraient très gênantes lorsqu’un camion se trouve garé en double file par exemple. 

Communication et remarques sur l’actualité

Nous considérons comme une très bonne chose que la Métropole et la ville de Nancy aient enfin l’intention de communiquer pour une augmentation de la place du vélo en ville mais il est trop tôt pour juger de la pertinence de ce qui sera communiqué, et réalisé ensuite. Les éléments qui nous ont été soumis semblent à la fois prometteurs et lacunaires, et ne sont ni finaux, ni entérinés. Nous espérons que nos suggestions d’ajouts au plan présenté par la métropole seront prises en compte.

Le maire de Nancy et candidat aux élections municipales M. Laurent Hénart a déclaré ce samedi 17 mai 2020 dans la presse que la plateforme du tramway sera accessible aux cyclistes car il y a eu les garanties de l’État que les contraintes réglementaires seront levées. Ce point n’a absolument pas été discuté lors de la réunion. Nous sommes les premiers surpris, d’autant plus que nous sommes sollicités pour formuler des propositions dans la semaine. Il semblerait que peu de personnes aient été dans la confidence.

Nous remarquons toutefois que Laurent Hénart fait sienne la campagne du plan vélo avant la conférence des maires hebdomadaire, ce qui rompt avec la logique de la concertation métropolitaine. L’ensemble des maires du Grand Nancy devrait pouvoir se prononcer en faveur du plan vélo pour maximiser son impact, de même que le plan vélo devrait s’étendre en dehors de Nancy, à Vandœuvre par exemple où des demandes d’aménagements précis ont été formulées. Nous espérons que les autres communes continueront de suivre cet élan. En tout état de cause, nous ne pouvons que nous réjouir que le vélo soit à présent considéré comme un mode de transport pertinent par les responsables politiques.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *