Vélo et marche vers le centre-ville, mesures barrières de distanciation sociale rassurant vos clients

Mesdames, Messieurs les commerçants,

Nous vous adressons ce jour un appel.
Parce que les commerçants du centre-ville sont les TPE rencontrant actuellement les plus grandes difficultés économiques,
Parce qu’un centre-ville apaisé fait revenir vos clients,
Parce qu’il est prouvé qu’une large place laissée au vélo et à la marche rassure vos clients en ce qu’ils permettent la distanciation sociale nécessaire contre le COVID-19,
Un plan de mobilité douce d’urgence permettra un accès rassurant, facile et confortable à vos magasins de centre-ville,
Afin d’être prêts lors du déconfinement, nous vous proposons de nous aider à plaider en faveur de l’amélioration des aménagements cyclables et piétons de façon urgente auprès des décideurs politiques, à la Métropole et à la mairie de Nancy.
 
Ce que nous leur demandons concrètement :
  • Une affirmation politique forte et collective en faveur d’un plan de mobilité douce,
  • Des aménagements cyclables nouveaux ou élargis, rapides à mettre en œuvre et réversibles, dans un réseau continu et efficace,
  • Des trottoirs plus larges, pour permettre le croisement aisé des personnes,
  • Une augmentation significative de l’offre de stationnement vélo à proximité de vos commerces,
  • Un soutien général au « système vélo », incluant tous les services de réparation, d’apprentissage, etc.
Rapide à mettre en place, ce plan de mobilité douce devrait être au cœur de la stratégie métropolitaine de transports urbains durant les prochains mois après le déconfinement, puis à plus long terme lors de notre cohabitation avec le COVID-19. Les clients n’ayant pas le choix que de venir en transports en commun et/ou en voiture pourront toujours le faire. Le but est de permettre à vos autres clients, adeptes de la marche et du vélo, d’opter pour ces modes de déplacements. Dans la situation actuelle, la plupart des usagers à vélo sont inquiets de se déplacer avec le trafic automobile et les piétons le seront tout autant sans trottoirs larges pour se croiser facilement.

Cela désengorgera les transports en commun et le centre-ville tout en rassurant quant à la distanciation sociale.

Il faut pour cela mettre en place des aménagements cyclables provisoires et sécurisés car les usagers se sentent aujourd’hui en danger à vélo. Pourtant, le trafic automobile a chuté de 70 % depuis le début de la crise et il est tout à fait possible de reprendre de la place à la voiture, sans pour autant aller jusqu’au zéro voiture. C’est en ce sens que l’État et le CEREMA poussent à ce que la solution vélo soit encouragée, et cela va se faire dans toutes les grandes villes de France comme à Paris ou à Lyon.

Pour redonner de l’attractivité au centre-ville, nous pensons qu’il faut décongestionner ses rues et rassurer ceux qui veulent y revenir.

Si rien n’est fait au moment du déconfinement ou si seule la circulation automobile est encouragée, de nombreux usagers des transports en commun se reporteront vers la voiture pour la distanciation sociale. De ce fait, les rues vont être engorgées d’automobiles bruyantes, dangereuses, polluantes et finalement peu efficaces pour se rendre dans vos magasins. Il a été plusieurs fois démontré qu’un client en voiture ne vise qu’un seul commerce, celui dans lequel il avait prévu de faire ses courses. Les cyclistes et les piétons flânent et augmentent alors le nombre de boutiques finalement visitées. Si nous ne faisons rien, une grande partie des gens se reportera mécaniquement sur les grosses zones commerciales périphériques plus accessibles. Vous savez à quel point ces grosses zones commerciales concurrencent déjà le centre-ville. Dans un acte quasi de responsabilité vis à vis des boutiques du centre, de plus en plus de consommateurs sont en train de revenir vers vous, ne les décourageons pas. Un centre-ville apaisé, moins pollué, plus calme, plus rassurant du point de vue distanciation sociale, sera un centre-ville attractif. C’est notre atout par rapport à la concurrence des zones commerciales périphérique où les gens s’agglutinent.
C’est pourquoi notre association EDEN « Entente pour la Défense de l’Environnement Nancéien », créée en 1991, plaide pour une affirmation politique et collective forte afin de mettre en place un plan vélo et piéton d’urgence.
 

Nous nous tenons à votre disposition pour échanger sur ces problématiques.

Vous pouvez nous faire un retour rapide grâce au formulaire de contact ci-dessous :

http://as-eden.org/questionnaire-aux-commercants/

 

En espérant vous avoir convaincu que nous agissons pour le bien de tous ceux attachés au centre-ville, nous vous souhaitons une reprise d’activité la plus pérenne possible.

 

Pour aller plus loin :

  • « Piétons et cyclistes : de bons clients pour vos commerces ».

depliant_velo_et_commerce_-_2013_bd

Piétons et cyclistes se rendent plus fréquemment chez les commerçants de quartier. Par semaine, ils dépensent deux fois plus que les automobilistes même si, par visite, leurs dépenses moyennes sont inférieures.

  • « Commerces de proximite: en finir avec le dogme no parking, no business » 

https://blogs.alternatives-economiques.fr/chassignet/2019/12/12/commerces-de-proximite-en-finir-avec-le-dogme-du-no-parking-no-business

  • Velogik : « Quand vélo et commerces font bon ménage »

https://www.velogik.com/actu-velogik/quand-velo-et-commerces-font-bon-menage/

  • Sondage IPSOS du 7 février pour les élections municipales : les nancéiens sont prêts à faire du vélo

https://www.francebleu.fr/infos/politique/le-prochain-maire-de-nancy-devra-t-il-rendre-les-transports-gratuits-1581060863

Après la gratuité des transports en commun, les sondés se montrent majoritairement favorable au développement de pistes cyclables sécurisées, largement devant la baisse des tarifs de stationnement et l’accès au centre ville pour les voitures.

  • L’Est Républicain, 1527 répondants à un vote en ligne fin avril 2020 :

https://c.estrepublicain.fr/edition-nancy-et-agglomeration/2020/04/26/etes-vous-pret-a-utiliser-le-velo-comme-moyen-privilegie-de-locomotion-en-ville-hwpr

54% des répondants se disent favorables à utiliser le vélo comme moyen privilégié de locomotion en ville.